carte depuis départ VANUATU

Nous voici arrivés à Port Villa, ville capitale des Vanuatu située sur l’île d’Efaté », après une bonne navigation de 582 mn en un peu moins de 4 jours.

Nous avons eu une sueur froide la première nuit, alors que nous naviguions sous code 0 dans un temps léger. Un grain noir orageux nous a surpris avec 32 nœuds de vent en pointe, rien que ça ! Mais nous avons pu affaler rapidement et réduire pour rétablir le bateau en bonne condition de sécurité.

Nous avons ensuite eu droit à la traversée d'un anticyclone, genre mini pot-eau-noir avec des nuages cheminées gris noir qui aspiraient tout l'air environnant. C’était à la fois magnifique et inquiétant, et nous n'avons pas eu un pet de vent sur 60 mn. La bulle était visualisable sur fichier Grib, donc on s'est autorisé la risée "Mercury" a 4 nœuds durant 14 h pour la traverser.

Le lendemain, un oiseau est venu se poser sur l'un des bossoirs en fin d'après-midi. Etrangement, il n'a jamais repris son envol...et il n'était pas en forme non plus. Céline et les enfants l'ont alors mis à l’abri du vent qui revenait et ils ont tenté de le nourrir sans succès. Il s'est alors mis à trembler et à montrer de grands signes de faiblesse, pour finalement s'éteindre totalement durant la nuit. Nous avons remis son corps à l'eau, son âme étant déjà bien loin dans les cieux au petit matin.

Autre visite inattendue, une immense baleine verte a croisé notre route : plus de 20m et de type rorqual vue la nageoire dorsale et le type de nage. Ce type de rencontre est toujours très impressionnant. L'animal est majestueux et massif, il impose le respect...et on se dit qu'on serait bien mal si on le percutait durant son sommeil en surface...

Le vent est revenu graduellement jusqu'à 25 nœuds la dernière nuit, plutôt sportive avec une pointe de vitesse à 17,2 nœuds malgré 2 ris dans la GV. Le pilote a plus ou moins rendu l'âme, ayant bien chauffé dans les surventes et houles croisées qui nous déboitaient l'arrière train les dernières 12 heures. Mais pas de casse, juste un peu de fatigue pour le skipper et sa skippette ! 

L'arrivée à Port Villa et la remontée au près dans la rade nous ont offert un beau finish, puis un bel accueil : l'agent de quarantaine étant venu à bord rapidement alors que nous étions samedi. Nous avons eu l'autorisation de débarquer à terre, même si les bureaux d'immigration et de douanes n'ouvrent que le lundi...cool comparé aux Tonga et aux Fiji !

Nous avons donc débarqué aussitôt car il était midi et nous sommes posés à la terrasse du "Péché mignon", un restau boulangerie pâtisserie francophone...langue et plaisirs culinaires retrouvés après 8 mois d'anglophonie et d'oubli de nos bonnes traditions...genre un bon pain de campagne que nous avons dégusté au petit déjeuner le lendemain matin. Un gros manque enfin comblé !  

Le Vanuatu est un pays idéal pour notre transition vers la nouvelle Calédonie, et notre retour de l'anglophonie a la francophonie. En effet, c'était un ancien territoire mixte franco-anglais (ex Nouvelles Hébrides) devenu indépendant en 1980. L'anglais a été choisi comme langue nationale sans doute par commodité car autour, Fiji, NZ, Australie, Tonga sont anglophone. Le français ne tient donc pas la route dans le coin, mais il est encore usité dans certains villages, notamment à Malekula et à Espiritu Santo. Les traditions tribales sont ici encore bien vivantes pour ce peuple qui était encore cannibale il n'y a pas si longtemps...tout un programme de découvertes excitantes !

montage traversée VANUATU 1montage traversée VANUATU 2montage traversée VANUATU 3montage traversée VANUATU 4