Nous vous avons jusque-là parlé du Fiji côté pile, voici le côté face : côté carte postale...et là, attention les yeux, la nature nous sort le grand jeu, festival de merveilles, couleurs, relief, végétaux, coraux et faune marine. Aucun de nos sens n'aura été épargné dans cet univers dur à soutenir !

Après un bon ravitaillement à Lautoka, port marchand vaseux accolé à sa ville désuète aux teintes « indis », nous avons mis le cap sur Malolo Island. Une île où seule la position géographique semble naturelle. Resorts sur resorts, plage aux allures de carrière à marée basse, petite marina et bungalows sur bras de mer creusés à la pelleteuse. Bien pratique pour y faire le dos rond pendant une semaine de mauvais temps, amarré à un solide corps mort pour absorber 30 nœuds sans finir sur le reef, mais le manque d'authenticité nous a vite lassé. Nous y rencontrons David et Suzie, couple de jeunes retraités californiens navigateurs, surfeurs rêveurs, adorables.

Au bout d'une semaine passée à Malolo, le soleil perce à nouveau l'épaisse et sombre couche nuageuse, le vent baisse à 15/20 nœuds, et nous pouvons enfin commencer notre ascension d'îles plus fabuleuses les unes que les autres, jusqu'à l’île Yasawa.

Première escale à Yanuya, Hugo et Nico se font raser la couenne par Céline la coiffeuse, sous l'œil attentif de Mlle Salomé, petite shampouineuse aux mains savonneuses et à la beauté païenne (Gainsbourg quand tu nous tiens !)...bye bye nos belles mèches rebelles, et vive la tête plus légère !

Les Mamanucas tout d'abord, avec à son apogée Vanua Levu et Lailai (rien à voir avec la seconde île des Fiji, sur laquelle nous nous sommes arrêtés 2 jours 2 semaines plus tôt). Il s'agit de deux iles jumelles inhabitées, si ce n'est par des chèvres, donc vierges de toute empreinte humaine. Cela existe encore, et c'est notre véritable coup de cœur. Nous y rencontrons Jany et Christine sur Filopré et y passons deux jours extraordinaires. Je fais le tour de l’île en paddle, nous explorons chaque plage et chaque ballade est un émerveillement. Les enfants sont ravis de résoudre quelques exercices sur le sable humide tout en partant à la découverte des Bernard l’Hermite… Les fonds poissonneux me permettent de chasser perroquets, mérous et ihii avant chaque repas. Le BBQ reprend du service, et le poisson grillé est accompagné de riz basmati (riz de base à Fiji !) et de sa sauce « chien », spécialité antillaise que j'affectionne et dont personne ne se lasse à bord. Le mouillage en lui-même n'est pas très zen, car les fonds coralliens remontent brutalement. Je mouille une ancre à l'arrière pour éviter de tourner sur le platier et limiter l'entortillement de la chaine dans les coraux. Mais malgré ces précautions, le vent tournant légèrement à l'est, nous ne nous attardons pas. Au moment de remonter l'ancre, impossible de relever les derniers mètres...chaine bloquée dans 13m de fond. Je descends 2 fois en apnée, mais je suis en limite respiratoire et ne parviens pas à dégager le mouillage. Heureusement, Jany est équipé d'un bloc de plongée de secours qu'il me prête. Bloc sur le dos et détendeur en bouche, je replonge pour démêler ce méli-mélo, trop facile !!!...un grand merci à Jany encore une fois, car sans cet équipement, j'aurai été obligé de forcer mes apnées ce qui peut s'avérer risqué. Nous échangeons quelques bouquins, des bières contre du poisson frais et les saluons chaleureusement avant de poursuivre notre route vers Waya Island.

Découverte en images. 

montage croisière fiji 3-1montage croisière fiji 3-2montage croisière fiji 3-3montage croisière fiji 3-4montage croisière fiji 3-5montage croisière fiji 3-6montage croisière fiji 3-7montage croisière fiji 3-8montage croisière fiji 3-9montage croisière fiji 3-10montage croisière fiji 3-11montage croisière fiji 3-12